La coquette d'Arthur Sisbon

Arthur Sisbon menait une vie honnête et sans surprise jusqu’à sa découverte, un matin, d’un filet de lumière.
C’était le petit déjeuner et Arthur Sisbon venait d’échapper sa tartine.
Il se pencha sous la table et vit que son orteil gauche – et son orteil gauche seulement – baignait dans une lumière inattendue.
Perplexe, il suivit des yeux le rayon de lumière et de son orteil, traversa la cuisine jusqu’au mur, et du mur jusqu’à la fissure nouvelle qui s’y était faite.
Arthur Sisbon avait une voisine, ils partageaient ce mur.
Le temps qu’Arthur Sisbon comprenne que par cette fissure, un jour nouveau peut-être, se faisait dans sa vie, il se redressa d’un coup et son crâne heurta violemment la table.
Moralité : « Si tu hantes la coquette, prends bien garde à ta tête ».