Faux départ

Si, au lieu de se faire tuer en 1940 lors de la prise de Dunkerque par les Allemands Paul Nizan avait vécu, il aurait écrit : « J’avais 90 ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *