Demain, je…

Demain, je m’envolerais dans une nuée de coton.

Et le ciel sera plus bleu qu’avant, plus grand qu’avant.

Pourtant je garderai toujours dans mon coeur le souvenir des heures passées ici, à Atlanta.

Ainsi songeait la vieille dame en crinoline, assise sous le porche de la véranda, au milieu du parfum des magnolias.

Est-ce qu’on peut rêver sa mort? L’imaginer comme sa vie, dans l’élément qui la nourrit. Scarlette, à 70 ans, rêvait de mourir dans le coton -drôle de rêve-, drôle de Scarlett.

Elle avait envie de savoir si le coton qui l’emporterait serait aussi doux que ses rêves -ou presque.

(texte tournant où chacun poursuit l’esprit du texte en cours. Quelques contraintes: 1ère phrase commence par « Demain, je » ; la 3ème phrase contient « pourtant » ; la cinquième phrase contient « drôle de rêve » et la 6ème phrase se termine par « ou presque »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *